Faut-il toujours dire la vérité ?

debat-verite-mensonge-mentir-honnete-honnetete-respect-existmore

Nous nous retrouvons aujourd’hui pour le premier article débat ! Afin d’inaugurer ce grand moment j’ai choisis une question que je me pose régulièrement, à savoir : Faut-il toujours dire la vérité ? Si vous ne connaissez pas le principe des articles débats je vous laisse aller checker rapidement la page reprenant le fonctionnement juste ici : Fonctionnement des articles débats :  et sinon let’s go !

Ah oui, avant de commencer, si vous me connaissez un peu, vous savez surement qu’avec moi ce n’est ni entièrement oui, ni entièrement non mais qu’au contraire c’est toujours oui mais non. Et oui je indécise ou nuancée comme vous voulez !  Donc ne vous attendez pas à une réponse tranchée et précise, j’expose seulement mon point de vue personnel et mes interrogations mais bref commençons sérieusement à rentrer dans le vif du sujet !

Dire la vérité est un acte louable !

Une valeur importante à mes yeux : L’honnêteté est une valeur importante pour moi. Elle permet la confiance et l’établissement d’une relation saine sur des bases solides. Et pour cela dire la vérité est nécessaire. Par relation j’entends celle que l’on tisse avec les autres personnes mais aussi celle que l’on entretient envers soi même. De plus, si je ne me trompe pas, dire la vérité est un acte prôné par les religions. Et oui mentir c’est pêcher et selon moi s’il en est ainsi c’est qu’il y a une bonne raison. Sans vouloir m’étendre sur la religion, généralement ce qui est dicté comme bonne conduite par celle-ci permet la bonne coexistence entre les hommes. Donc si mentir est considéré comme un pêché c’est bien que ça doit apporter un désordre à un moment donné. Quoiqu’il en soit, religion ou pas, dire la vérité est nécessaire pour créer des relations avec les autres stables et saines, pour instaurer la confiance et une bonne entente. L’honnêteté est une valeur louable.

Dire la vérité est, selon moi, une forme de respect :  Dans la continuité de ce premier point, prôner la vérité est une forme de respect envers soi même et les autres. Annoncer la vérité à notre meilleure amie que son copain la trompe, c’est lui témoigner notre respect pour elle. De même, arrêter de nous voiler la face à propos de ce garçon qui n’est pas intéressé par nous, c’est nous témoigner du respect. On est bien d’accord dire la vérité n’est pas facile en toute occasion et bien souvent cela nous met dans des situations délicates. Ainsi si nous avons recours au courage pour annoncer la vérité à une personne cela montrera toujours que l’on s’est mis dans une mauvaise position, que l’on a pris des risques, pour ne pas avoir à lui mentir, et cela c’est pour moi une certaine forme de respect.

Le mensonge ne sert à rien, si ce n’est qu’empirer les choses : Selon moi, le mensonge ne sert à rien, voire, peut même empirer les choses. C’est bien connu, ce qu’on cache sera forcément révélé à un moment donné. Alors à quoi bon, porter le fardeau d’un mensonge, d’une trahison, pour qu’un jour le secret soit dévoilé ? Déjà, vaut-il la peine de vivre avec le fardeau d’un mensonge ? Ensuite, pensons aux conséquences de notre acte. Lorsque le mensonge sera dévoilé, la peine faite n’en sera que plus grande car à l’acte caché, à la parole secrète, sera ajouté le poids de la trahison. Le mensonge n’est qu’un « répit »  de courte duré, une illusion que tout va bien, que le problème est réglé, mais pour combien de temps et à quel prix ?

Ainsi dire la vérité demande du courage suivant les situations, mais reste pour moi la meilleure solution à adopter. A quoi bon chercher à cacher ce qui est et que l’on ne peut changer ? Au contraire assumons la réalité telle qu’elle est et du mal sera évité. Comme l’on dit souvent, faute avouée à moitié pardonnée.

Certaines occasions nécessitent le mensonge !

Mentir pour protéger les autres : Même si je pense que le mensonge ne protège personne car il est trop souvent dévoilé à un moment donné, je comprends les motivations qui poussent à mentir. Souvent par nos mensonges nous voulons protéger les autres de nos erreurs et/ou des erreurs de quelqu’un d’autre. Nous pensons trouver répit, réconfort et sursit en lui. Mais un doute persiste : mentons-nous réellement pour protéger les autres ou nous même ? Répondons honnêtement et nous verrons que trop souvent sous l’excuse de protéger les autres, c’est nous même que nous voulons protéger. Finalement c’est plus par facilité que nous cachons la vérité, et cela, ce n’est pas louable ! De plus j’estime que ce n’est pas à nous de savoir ce qui est le mieux pour la personne que nous essayons de protéger. En lui cachant la vérité c’est comme si nous la considérions trop fragile, trop faible pour faire face à la situation, mais est-ce à nous de juger de cela ? Néanmoins je reste persuadée que parfois nous mentons réellement dans une bonne intention, même si ce n’est pas forcément la bonne solution.

Mentir pour sauver sa vie ou celle des autres : Je n’ai pas vraiment d’exemple précis en tête, mais il peut arriver, surtout dans des contextes difficiles (dans d’autres pays ou à une autre époque), de devoir mentir pour  sauver notre vie ou celle des autres. Dans ce cas-là, le mensonge est nécessaire, même primordial et je trouve que tout l’excuse. Néanmoins et heureusement, cette situation reste rare. Mais de façon moins radicale, nous pouvons mentir pour garder des choses auxquelles nous tenons. Nous sommes imparfaits, nous faisons tous des erreurs, faut-il vraiment payer toute sa vie, par exemple, pour une erreur alors qu’un mensonge pourrait la réparer ?

Par conséquent, ce sujet n’est pas le plus facile à débattre. Ma réponse principale serait qu’il faut toujours dire la vérité car ce qui est fait est fait et rien ne sert de le cacher. Tôt ou tard la vérité resurgira et alors elle fera plus de mal si elle a été cachée. Néanmoins, (parce qu’il faut forcément apporter la nuance !) le mensonge peut s’avérer, dans des cas, nécessaire ou du moins c’est ce que nous pensons comme dans le cas pour protéger quelqu’un. Mais dans chaque situation où le choix de mentir ou non nous est posé, je pense qu’il faudrait répondre le plus honnêtement possible à la question suivante : Le mensonge va-t-il servir mes propres intérêts ou ceux de la personne concernée ? 

Voilà, les amis, à vous de débattre et de m’exposer vos points de vue maintenant, en espérant que vous serez nombreux à participer. Chaque avis est aussi intéressant et important que les autres, alors ne soyez pas timides . J’ai hâte de débattre avec vous ! Et n’oubliez pas que je vous expose mon point de vue personnel ici, donc libre à vous d’être en accord ou en désaccord, je n’ai pas la vérité à cette question d’où l’intérêt du débat ! 

Alors qu’en pensez vous ? Faut-il toujours dire la vérité ? 

25 Comments on “Faut-il toujours dire la vérité ?”

  1. J’espère que tu ne m’en voudras pas car ce n’est pas un avis qui me vient en tête, mais une question à la lecture de ce que tu énonces, que je prends à contrepied: et si c’est ta meilleure amie qui trompe son copain? Tu fais quoi? 😉

    1. Pas de soucis Vanessa ! Je ne force personne à participer ou à donner son avis ! C’est déjà gentil à toi de venir prendre le temps de lire cet article et laisser un commentaire ! J’avoue que ta question m’a un peu déstabilisée au début, mais je la trouve vraiment intéressante ! Tout d’abord, je pense que j’aurai du mal à être amie avec une fille qui trompe son copain car cela signifierait que nous ne partageons pas du tout les mêmes valeurs. Ensuite, si j’apprends que ma meilleure amie trompe son copain, je lui ferai part de mes pensées à ce sujet, et l’intimerais soit d’arrêter la tromperie et de le dire à son copain soit de le quitter. Je ne pourrais pas supporter cette situation, sachant tout le mal que ça fait à la personne, même si c’est ma meilleure amie qui en est l’actrice. Si elle refuse, alors je préviendrais son copain. Cela peut paraître une trahison envers ma meilleure amie, mais à mon sens, une amie est là pour soutenir et aider l’autre à aller sur la bonne voie. Ne rien faire et laisser ce garçon se faire trahir en toute conscience, ce n’est pas aider son amie et c’est être complice de l’acte. Voilà, je ne sais pas si c’est la bonne solution, mais c’est celle qui me parait le plus juste 🙂

  2. Je vois le mensonge comme un outil à notre disposition mais dont il faut user avec parcimonie. Pour prendre d’autres exemples concrets, mentir à un entretien d’embauche sur notre motivation réelle dans une entreprise est souvent nécessaire une fois qu’on a fait le tour des boîtes nous intéressant. Est-ce pour autant nuisible? Je ne pense pas et vois cela comme un code, une norme sociale que tout le monde accepte et justifie (« s’il est même pas motivé à l’entretien, il le sera pas au poste »).
    On pourrait également évoquer le cas du mensonge par omission qui est tout aussi dangereux à manier mais parfois nécessaire : Pour revenir à la thématique du couple évoquée dans l’article, si l’on tombe amoureux d’une personne déjà en couple, lui dire créerait potentiellement plus de problèmes, alors que le mensonge par omission n’a comme conséquence qu’une douleur et une frustration personnelles et demande donc plus de courage.
    C’est un sujet complexe et il y aurait encore d’autres problématiques à décortiquer: Mentir pour encourager,le récit national (dont le fameux »Toute la France a résisté » cher à De Gaulle), les différents degrés de mensonge… Mais mon commentaire est déjà assez long donc je vais en rester là.

    1. Quelle surprise de te voir par ici Thomas, on reconnait bien là le commentaire d’un étudiant en socio ^^ Tu aurais pu continuer et développer autant que tu le voulais, d’autant plus que tes argument sont fondés et enrichissants. Lorsque j’ai écrit mon opinion à ce sujet, je me rend compte maintenant, avoir oublié certaines situations où le mensonge peut être efficace, voir nécessaire tout en n’étant pas nuisible (le cas du mensonge au travail, et même celui pour encourager, je vois ce que tu veux dire !). En fait ce qui me dérange dans le mensonge c’est que trop souvent il nuit aux autres, mais ton commentaire fait ressortir des situations ou au contraire il peut être bénéfique, et c’est vraiment intéressant. Ca apporte une autre dimension !
      Le mensonge par omission est difficile à traiter, car pour certains c’est un mensonge tandis que pour d’autres ça ne l’est pas. Je suis d’accord avec toi que dans l’exemple donné, le mensonge par omission soit le plus courageux et altruiste. C’est une situation vraiment délicate et pas évidente. D’un côté, je pense qu’il faudrait avouer ses sentiments pour être honnête avec la personne et avoir une relation plus saine, et d’un autre côté je comprends la volonté de ne pas mettre d’embarras, de ne pas causer d’ennuis (bien que je ne pense pas que ça cause d’ennuis), tout simplement essayer de protéger la personne aimée que l’on voit heureuse avec son conjoint. Pas évident…Ca dépend encore une fois de la situation, des deux personnes, de leur relation.
      Je te remercie en tout cas d’avoir pris le temps de laisser ce commentaire enrichissant et d’avoir participé, ça fait vraiment plaisir !

  3. L’éternelle question !
    J’ai toujours été convaincue qu’il fallait dire la vérité, à tout le monde, tout le temps…
    Mais la vérité c’est déjà qu’on « micro-ment » (c’est compréhensible ? 😀 ) tous au quotidien. Ce n’est pas pour des choses graves alors on ne retient pas ces mensonges, mais ce n’est pas ce qui les empêche d’en être !
    L’autre vérité, pour moi, c’est qu’en grandissant on revoit énormément son jugement à ce sujet (et sur plein d’autres d’ailleurs !)
    J’ai toujours été excessive avec mon rapport à l’honnêteté, mais aujourd’hui j’ai 37 ans et je dois bien avouer que plus les années passent, plus j’évolue dans mes pensées (hey heureusement haha !)
    Je crois par exemple que parfois , dans certains cas, il faut peut-être apprendre à dealer avec sa propre conscience que de faire du mal autour de soi…

    1. J’aime beaucoup ton propos Nadia, je te remercie d’avoir pris le temps de partager ton avis ! Je pense, ou plutôt je suis sûre, que j’évoluerai, et qu’avec le temps je relativiserai également mon rapport à l’honnêteté. Tu as tout à fait raison avec ton expression « micro-ment ». Beaucoup d’entre nous « micro-mentons » au quotidien et cela n’a pas forcément de graves conséquences !

  4. J’évite de mentir et je veux rester droite dans mes baskets pourtant, je mens à ma fille lorsque nous fêtons Pâques, Noël, etc… Après, pendant des années, j’ai perdu ma meilleure amie car je lui avais dit que son copain l’avait trompée. Bien sur, elle ne m’a pas crue et il lui avait monté le bourrichon… Elle a vu par la suite… Non, je préfère savoir des vérités qui font mal que des non dit…

    1. Merci pour ton passage par ici ! C’est vrai que nous mentons souvent aux enfants, pour les fêtes pour garder la magie ou tout simplement parce qu’ils sont encore trop jeunes pour comprendre certaines choses, parce que nous voulons les protéger tout simplement. Alors pourquoi mentir à son conjoint (pour le/la protéger parce qu’on le sait sensible ou pour garder une certaine magie) serait-il mal-vu ? (je réfléchis avec vous !)
      Je suis vraiment désolée pour toi pour ta meilleure amie ! C’est une situation vraiment délicate…Au moins, je pense que tu n’as aucun regret dans le sens où tu es restée fidèle à tes valeurs et ton intention était de protéger ton amie. C’est délicat comme sujet, car tu dois t’en vouloir également de l’avoir perdue…
      Bref, je suis plutôt comme toi, à préférer les vérités qui peuvent faire mal plutôt que les non dits !

  5. Très grande question !
    Je suis plutôt du genre sincère. Parfois trop. Mais comme l’a dit Nadia, avec l’âge on prend conscience de certaines choses.
    Là où j’étais du style à dire tout haut ce que je pense, mes vérités. J’ai appris à me taire. Je ne sais pas si c’est mieux en réalité. Mais la société nous fait penser qu’être trop honnête ce n’est pas bien.
    Même au boulot, en dehors de transformer la vérité lors des entretiens comme l’a dit Thomas, on doit parfois faire semblant, mentir. Moi je suis dans le conseil, on ne peut vraiment pas tout dire .

    1. Merci d’avoir pris le temps de partager ton avis ici Cindy ! Est ce que la société nous fait penser qu’être top honnête ce n’est pas bien ? Je ne sais pas. D’un côté j’ai l’impression que la valeur de l’honnêteté est prônée et de l’autre vous êtes beaucoup à dire que parfois il faut mentir. Peut être que la société, dans tout son paradoxe, nous fait nous attacher à la valeur de l’honnêteté tout en nous obligeant de par son fonctionnement à mentir ? Je me questionne. Par exemple, dans ton travail, effectivement le mensonge est un outil que tu dois utiliser souvent, si je ne me trompe pas. Donc…débat difficile 🙂

  6. Je ne considère personnellement pas l’argument religieux comme valide parce que j’ai beaucoup de mal avec les religions en tant qu’institutions (je sépare la foi, qui est quelque chose de personnel, de la religion), et qui joue les peurs des pratiquants pour contrôler certains aspects de leurs vies. Donc ce que les religions disent n’a aucune valeur à mes yeux, quel que soit le sujet, parce que ce sont des institutions patriarcales, sexistes et homophobes  dont l’avis ne vaut strictement rien à mes yeux.

    Bien que je sois d’une nature assez franche (trop même, si j’en crois mon entourage), je pense cependant que toute vérité n’est pas bonne à dire. Parfois mentir par omission, choisir consciemment de ne pas révéler un fait, est nécessaire afin d’éviter de blesser inutilement nos proches. Cela ne concerne pas forcément quelque chose qu’on a fait, cela peut être tout simplement quelque chose que l’on vit. Pourtant, bien souvent, il n’y a rien qu’on souhaiterait le plus au monde que de tout leur déballer, mais ce serait leur créer de l’inquiétude au sujet de quelque chose à propos duquel ils ne peuvent absolument rien pour vous aider, ou du moins rien de plus de ce qu’ils font déjà. Je n’entrerai pas plus dans les détails, mais je parle en connaissance de cause 🙂

    Quant à la question débattue dans les commentaires, celle de l’adultère… Je suis sidérée par le fait que si ta meilleure amie trompait son copain tu commencerais par lui faire la morale, puis si elle n’agit pas comme tu le souhaites, tu irais la dénoncer à son copain ! Déjà parce que, désolée, mais tu n’a pas à « policer » le comportement de ton amie, c’est déjà assez pénible comme cela de vivre dans une société patriarcale où on essaie constamment de policer le comportement et le corps des femmes, ce serait donc vraiment bien d’éviter de le faire entre nous, sinon nous ne nous en sortirons jamais. Puis si tu es sa meilleure amie, tu n’es pas censée la juger, mais la soutenir, y compris lorsqu’elle fait des erreurs – ou du moins, ce que toi, tu considères personnellement comme une erreur. Tu peux l’écouter, donner ton avis si elle te le demande, mais pas exiger qu’elle fasse comme tu l’entends en menaçant d’aller la dénoncer, parce que tes valeurs sont différentes des tiennes. Puis si c’est vraiment insupportable pour toi de rester l’amie d’une personne adultère, eh bien tu mets fin à votre amitié.

    Ah c’est un article-débat après tout, donc voilà du débat 🙂

    1. Ahah tu as raison exprime toi, c’est le but, ça enrichit le débat ! Avant tout chose, je te remercie d’avoir pris le temps de participer ! Je ne reviendrai pas sur la religion, j’estime que chacun à ses propres croyances, bien qu’étant en étude de sociologie, je pense qu’il y ait du vrai dans tes propos.
      Ton second argument, m’a rappelé effectivement une situation où le mensonge pouvait être bénéfique. Parfois pour ne pas inquiéter, nous pouvons mentir à nos proches. Cela permet de les protéger, de garder pour nous nos soucis par exemple, le temps que le tout s’arranger. Parfois il est inutile d’inquiéter notre entourage, comme parfois c’est ce qu’on pense alors qu’on aurait besoin d’aide (c’est un débat il y a toujours des nuances !). De même, si l’on prépare une surprise, le but de la surprise c’est le secret, donc le mensonge peut s’avérer utile sans pour autant être négatif.
      Enfin revenons à ton dernier argument. Peut être me suis je mal exprimée. Je ne juge pas mon amie, je juge son acte (or son acte n’est pas elle). Oui je juge l’adultère être une erreur, ou du moins quelque chose de négatif puisque c’est faire souffrir une personne de trahison et l’on sait oh combien ça peut faire mal. En faisant cela, pour moi je ne la juge pas mais la soutiens, dans le sens où je lui évite de faire souffrir quelqu’un. Qui a envie de faire souffrir quelqu’un ? Alors effectivement vu la formulation de mon propos, ça donnait l’impression d’une menace mais ce n’est pas mon intention, même si c’est le résultat de l’action. Ce que je veux simplement dire c’est que si je connais la personne qui se fait tromper, je ne peux pas lui cacher. J’aurai l’impression de la trahir à mon tour. Alors même si c’est ma meilleure amie qui trahit cette personne (ce qui rend la situation vraiment délicate), je ne pourrai garder le secret. Mais ne voulant pas être la personne révélant l’infidélité au conjoint, je demanderai à mon amie de le faire elle même, ce qui serait je trouve plus respectueux pour la personne trompée. Dans tous les cas, je trahis quelqu’un, mais je préfère, fidèle à mes valeurs, trahir une personne qui a eu le choix en l’occurrence mon amie.
      Dans le cas où l’adultère est un cas isolé, que mon amie n’a pas la volonté de recommencer, je garderai le secret pour ne pas détruire leur couple pour une erreur.
      Je pars du principe que si trompes ton conjoint, c’est que tu ne l’aimes plus, et donc que tu devrais le quitter au lieu de le tromper. En réalité, je sais que c’est beaucoup plus complexe que cela.
      Tout cela devient compliqué ! J’espère m’être mieux exprimée ! Après c’est mon avis, tu as le droit d’avoir le tien, c’est le but d’un débat, confronter les différentes opinions !

  7. En tant qu’hypersensible je sais quand mes proches/amis me mentent. Pendant longtemps cette idee a ete insupportable pour moi. Maintenant je prends du recul car je differencie deux types de mensonges :
    1) le mensonge qui nuit a la personne. Et ces personnes la sont a fuire
    2) le mensonge qui ne nuit pas a la personne. Car ca nous arrive a tous de dire un petit mensonge sans consequence, soit par ce qu’on a pas envie de blesser la personne, soit par ce qu’on a pas envie de devoiler son jardin interieur
    Donc maintenant j’arrive a prendre avec philosophie les petits mensonges et a dicerner les deux cas

    1. Je te remercie d’avoir laissé un commentaire ! Voir que les autres nous mentent ne doit pas être chose facile et d’un autre côté c’est un sacré atout ! En y réfléchissant, je pense effectivement qu’il y a bien deux type de mensonges comme tu le dis et ceux aussi par « obligation », par pression. J’aurai tout de même beaucoup de mal à accepter qu’on me ment même si ce n’est pas forcément méchant. Tu as du faire un gros travail sur toi, bravo !

    1. C’est vrai ! C’est la remarque que je me suis faite par rapport à un commentaire ! Chaque situation est spéciale, chaque personne est unique, et ce qui compte le plus au final c’est l’intention je pense ! Merci pour ton passage 🙂

  8. Coucou,

    J’aime beaucoup ton article. C’est vrai que le sujet donne lieu a de gros débats. Je pense que le plus honnête est de dire la vérité la plupart du temps et que le mensonge doit être utiliser pour protéger autrui et non pour se protéger soi même.

    Des bisous

    Morgane

  9. C’est une éternelle question.. Mais cet article peut arriver à faire la part des choses.. Je sais que moi je pars du principe que si c’est constructif pour la personne je dis la vérité, mais dès fois quand cela peu blesser j’hésite toujours un peu. Peser le pour et le contre sont souvent très fastidieux..

    1. Ce n’est pas facile non, de peser le pour et le contre, puisqu’il y a toujours des pours et des contre et qu’aucune solution n’est vraiment parfaite. C’est toute la difficulté de ce débat ! Merci à toi d’avoir partagé ton avis, au plaisir de te revoir 🙂

  10. Alors déjà j’ai envie de mettre sur la table la différence entre mensonge par omission et mensonge tout court… ça a son importance ! Ca facilite quand même la vie de ne pas tout « avouer » tout le temps : les retards, les petits oublis etc.
    Et puis chacun a son rapport aux évènements…. un exemple : j’ai un ami qui m’a dit ne pas vouloir savoir si son copain le trompait, si un jour je surprenais celui-ci. C’est son choix, par contre ça n’aurait pas été le mien ! Sans le savoir je serais allée à l’encontre de sa volonté si j’avais choisi la vérité.
    Il est bon de confronter sa vision des choses avec son entourage, ça évite de faire des bourdes, je crois ! Et j’ai aussi appris avec le temps à accepter les imperfections chez moi et chez les autres… un écart de conduite n’est donc pas forcément à dénoncer, si la personne réalise son erreur.

    1. Ton commentaire est super intéressant ! Effectivement, c’est important de prendre en compte également la vision des choses des autres, de ne pas rester enfermé dans ce que nous pensons. C’est un aspect que je n’avais même pas mentionné alors qu’il a toute son importance dans ce débat ! Quant aux mensonges par omission et les mensonges tout court, effectivement il y a une sacré différence, quoiqu’ils restent tout deux des mensonges. Mais comme tu le dis toi même c’est par facilité, est ce une bonne excuse même pour des mensonges par omission ? Je sais que personne n’est parfait, que l’on ment tous à un moment donné, que dire sans cesse la vérité est difficile. Je questionne seulement, je ne blâme personne ! Mais peut-être que prendre le chemin de la facilité n’est pas forcément le bon ?
      Merci d’avoir pris le temps de participer à ce débat et de l’avoir enrichis !

  11. Pour moi la vérité est bonne à dire mais des fois le mensonge est la seule alternative possible. Pour ne pas vexer par exemple, sans non plus être hypocrite je veux dire. Sinon, pour répondre au débat plus haut, je pense que je serais prête à couvrir une copine qui trompe son copain, sans forcément partager ses valeurs 😉

    1. Je ne pense pas que le mensonge soit la seule alternative, après c’est mon avis 🙂 Je pense qu’on a toujours le choix d’agir autrement si on le veut vraiment. Je pense qu’il y a une manière de dire les choses, pour reprendre ton exemple, sans vexer la personne tout en étant honnête. Après tout dépend ce que recherche la personne. Si elle demande un avis sincère, je pense qu’il faut être honnête (avec certaines manières toujours) mais si elle veut être rassurée, je pense qu’il faut être honnête mais la rassurer quand même. Par exemple, une situation tout bidon et cliché mais c’est juste pour m’expliquer, une femme qui se plaint à son homme qu’elle est grosse. Elle sait qu’elle est grosse (ou du moins elle se sent comme ça même si c’est pas vrai), ce qu’elle cherche en se plaignant c’est être rassurée. Au lieu de lui mentir en disant « mais non tu n’es pas grosse », on peut tout aussi bien lui dire, « oui tu as des formes, mais moi j’aime ça » « tu es belle comme tu es ». C’est être honnête tout en rassurant, et je pense que ça a plus de valeur pour la personne qu’un simple « mais non t’es pas grosse ».
      Quant au débat, chacune son avis, c’est ça la richesse du débat 🙂
      Merci de ton passage et de ta participation ! A bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *